Le rougail saucisses

Voici un plat que j’ai découvert grâce à mon amoureux : le rougail saucisses. C’est un plat réunionnais tout ce qu’il y a de plus basique. Je crois que quand un réunionnais ne sait pas quoi faire à manger, il fait ça. C’est devenu un de mes plats préférés, ce qui amuse beaucoup les grands parents de mon copain : pour eux c’est un plat tout à fait banal et commun, un peu comme les pizzas pour les italiens.

Me voilà donc parti en quête de la recette, chose difficile puisque chacun à son truc, son ingrédient incontournable, sa petite technique. Et puis, comme finalement beaucoup de recettes, personne n’a su me donner de vraies quantités, on me disait « oh, ça tu en mets un peu mais pas trop », du coup mon premier rougail saucisses n’était pas vraiment une réussite et quand je l’ai fièrement fait goûter à la cousine de mon copain, elle m’a dit « ah oui, c’est pas mal, mais on sent que c’est fait pas une métropolitaine ». Elle a ajouté qu’il fallait que je le fasse à mon goût, avec les saveurs et les quantités que j’aimais puisque finalement il y a autant de rougails saucisses que de réunionnais sur l’île de La Réunion.

Alors après plusieurs tentatives, je crois que j’ai trouvé MA recette :-)

Avant de se lancer Ingrédients
  • Coût : * * * * *
  • Préparation : * * * * *
  • Difficulté : * * * * *
  • Nettoyage : * * * * *
  • 2 oignons
  • 1 gousse d’ail
  • 6 saucisses fumées
  • 7 tomates
  • une branche de thym
  • 1 cuillère à café de curcuma
  • De la sauce soja salée

Faites bouillir les saucisses : plongez-les dans de l’eau bouillante et laissez-les une dizaine de minutes. Une bonne partie du gras va s’évacuer (et c’est autant de graisse qui ne sera pas dans votre plat ;-) ). Vous pouvez les faire bouillir une deuxième fois dans un deuxième bain d’eau claire, si besoin.

Dans une grande casserole, faites revenir les oignons et l’ail dans un peu d’huile d’olive (oui bon j’ai ajouté une petite touche méditerranéenne), puis ajoutez les saucisses coupées en tranches, le curcuma et la sauce soja salée. Pour la sauce soja, j’ai tendance à avoir la main lourde car j’adore ça, mais je pense que l’équivalent de 3 bonnes cuillères à soupe est suffisant.

3ème étape : les tomates. Coupez-les grossièrement en cubes et mettez-les dans la casserole. Ajoutez le thym et réduisez votre feu (feu moyen) afin de faire mijoter toute cette préparation lentement.

Ce qu’il doit se produire à se moment là : les tomates vont réduire et se transformer grossièrement en coulis. Vous pouvez arrêter la cuisson une fois que vous observez la peau des tomates se détacher et se rouler. On peut voir se « phénomène » sur la première photo, en bas à gauche. On dirait un petit bâton rouge, il s’agit de la peau de tomates. Le but n’est pas d’avoir une sauce hyper liquide et lisse comme un coulis, mais plutôt d’avoir une sauce grossière quitte à avoir des morceaux de tomates.

En général j’ajoute à cette quantité un petit piment, que je coupe en tout petits morceaux et que je mélange avec les oignons et l’ail.

J’ajoute aussi parfois, quand j’en ai sous la main, du gingembre frais coupé en petits dès. Je ne suis pas sûre que la vraie recette en comporte, mais c’est ma touche personnelle et c’est à ça qu’on reconnait un rougail saucisses quand c’est moi qui l’ai préparé :-)

Publicités

3 commentaires sur « Le rougail saucisses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s